Ces musiques que j’ai écouté en boucle

La musique est pour moi un « vecteur d’inspiration ». J’ai beau être ouverte à tous les styles, j’ai depuis longtemps une préférence pour les sons rock et métal. Le métal symphonique est tout particulièrement propice à l’incubation de scénarios de fantasy médiévale ! Des groupes phares comme Nightwish (Imaginaerum, 2011 ; Endless Forms Most Beautiful, 2015) et Within Temptation (The Unforgiving, 2011 ; Let Us Burn, 2014) ont tournés pendant de longues heures sur mes lecteurs mp3. C’est aussi en concert que se joue l’écriture. Dans ces moments de communion et d’effervescence, l’imaginaire poursuit son action…

Et vous, ne sentez-vous pas votre imaginaire s’emballer à l’écoute de ces titres ?

Certains artistes, qui m’apportent des influences plus rock et trip hop, comptent tout autant dans mes moments de création. Il serait difficile de tous les citer, les plus marquants étant Archive, Garbage, Morcheeba, Muse et Radiohead.

A l’origine, c’est le classique qui m’a fait entrer dans l’univers de la musique. J’ai commencé des leçons de piano à l’âge de 10 ans puis l’apprentissage du violon a pris le relais. Le lien avec le métal ? Vous n’en voyez peut-être pas mais il y en a pourtant un ! Ces deux styles sont en réalité très proches en terme de composition, de structure, de complexité, de virtuosité et surtout, d’émotions qu’ils dégagent.

Si vous n’êtes pas convaincus, écoutez ces interprétations de Franz Liszt (Rhapsodie Hongroise n°2) et de Rachmaninoff (Concerto pour piano et orchestre n°2). Vous verrez que du métal au classique, il n’y a qu’un pas…

Biographie

Sait-on seulement jusqu’où l’imagination peut nous porter ?

photo-e-ferreOriginaire de Carcassonne, j’ai arpenté durant toute mon enfance les remparts de la Cité médiévale avec mille histoires en tête. Ni le temps, ni de longues études scientifiques n’auront suffi à m’éloigner de cette part de rêve. Bien des années plus tard, je m’établis à Nantes où je redécouvre une atmosphère propice à exercer son imaginaire. Voilà comment cette part de rêve qui m’accompagne depuis l’enfance refait surface. Alors, je décide de l’exprimer et l’écriture devient pour moi le meilleur moyen de lui donner vie…

Lui donner vie, cela va sans dire ! Il aura fallu neuf mois de gestation pour écrire La Confrérie des Mages. Écrire est avant tout une entreprise individuelle, mais une entreprise qui ne peut aboutir sans le soutien de la famille, des proches, des lecteurs. Mille mercis à toutes ces personnes sans qui Lera n’aurait pas entrepris ce beau voyage…

La Renaissance, premier tome de La Confrérie des Mages, est paru en 2014 aux Éditions Amalthée. Suite à la promotion de ce qui fut pour moi mon premier roman, puis de nombreuses dédicaces et une demande toujours croissante des lecteurs, j’ai choisi l’édition participative pour donner vie au tome 2, Les Manuscrits d’Ewenlod. Vous souhaitez promouvoir ce projet littéraire ? Cet article vous explique tout :

Publions ensemble le deuxième tome de La Confrérie des Mages

Tome 2 – Les Manuscrits d’Ewenlod

Dans ce deuxième opus, plus intimiste, Lera a désormais 15 ans. Si les forces occultes n’ont plus de secret pour elle, il lui reste un long chemin a parcourir avant d’accéder à l’héritage légué par son père. Un héritage, il faut le dire, bien particulier… Bien entendu, vous retrouverez les fidèles Mages de la Confrérie mais aussi de nouveaux personnages qui ne vous laisseront pas indifférents !

Entre chasse au trésor et quêtes périlleuses, ce deuxième tome n’attend plus que vous. Participez dès maintenant à la campagne de financement qui permettra sa publication. Lecteurs, soyez au rendez-vous ! Pour cela, cliquez sur le lien suivant :

PUBLIONS ENSEMBLE LE DEUXIÈME TOME DE LA CONFRÉRIE DES MAGES

Pour plus d’informations, en voici le résumé :

« Trois années se sont écoulées depuis la bataille de Kenorrin. Pour autant, le royaume de Tanera n’est pas en paix. Morleod, le puissant Mage à l’origine de cette guerre, a reconstitué une armée dans le but de faire tomber les terres du royaume voisin.

Lera, maintenant Mage confirmée, se lance à la recherche des manuscrits d’Ewenlod. Mais la jeune fille ne sait plus sur qui compter depuis qu’Alistair, son instructeur, a disparu. Aidée de ses dons de perception, elle part en quête de réponses. Commence alors une véritable chasse au trésor…

Elle devra faire appel à tout son courage et son abnégation pour faire face aux mystères qui l’entourent et aux forces obscures qui ne cessent de croître. »

Tome 1 – La Renaissance

image-couv

La Renaissance, premier tome de La Confrérie des Mages, est paru en 2014 aux Éditions Amalthée.

Que vous l’ayez découvert lors de mes dédicaces, sur les réseaux sociaux ou tout simplement par le biais de mon entourage, vos retours sont unanimes, vous aimez ce roman pour sa fraîcheur, ses personnages attachants, mais surtout parce qu’il vous fait voyager…

C’est dans ce premier tome que Lera, jeune fille sans passé, va peu à peu renouer avec sa mémoire. A l’instar des liens spirituels qui constituent l’origine des forces occultes, son apprentissage va permettre de restaurer des liens brisés entre elle et son enfance, entre membres d’une même famille devenus distants mais aussi entre les Mages et leurs pouvoirs qui s’amenuisent au fil du temps. Car cette aventure initiatique est en fin de compte une découverte de l’importance des liens qui nous unissent les uns les autres.

Pour découvrir ce qui fut mon premier roman, prenez directement contact grâce à ce formulaire. Je peux vous faire parvenir des exemplaires par courrier en prenant en charge les frais de port. Vous trouverez aussi La Renaissance dans les médiathèques nantaises, au rayon des romans fantastiques du site Jacques Demy. Pour plus de détails, vous pouvez lire cet article.

Pour terminer, voici le résumé du tome 1 :

« Les habitants de la contrée indépendante des Bocages Mauves mènent une vie paisible jusqu’au jour où ils doivent faire face à d’étranges disparitions.

Sachairi Correnaigh, l’Administrateur qui dirige cette contrée, comprend très vite que les responsables de ces méfaits ont recours aux forces occultes employées traditionnellement par les Mages. Sans hésiter, il fait appel à la Confrérie des Mages, une organisation veillant à ce que la pratique des forces occultes se fasse dans le respect des populations. Sachairi est alors loin de se douter que toute cette agitation n’est que le préambule d’un conflit bien plus grave qui va mettre en péril la contrée mais aussi le royaume voisin de Tanera. Et contre toute attente, les membres de la Confrérie vont découvrir que Lera, sa fille âgée de douze ans, possède des dons particuliers. Pour Lera, c’est le début d’une aventure qui la mènera aux confins du royaume de Tanera auprès des Mages. Au cours de son apprentissage, la jeune fille sera amenée à faire des découvertes sur l’origine même de leurs pouvoirs ainsi que sur son passé mais par-dessus tout, ses dons seront la clé d’un rassemblement qui permettra de faire face à une guerre menaçant tout un peuple. »