Ces films qui ont marqué mon imaginaire

Vous vous en doutez, beaucoup d‘œuvres du grand écran et d’univers très différents m’ont donné envie d’écrire La Confrérie des Mages. Il serait difficile de toutes les citer mais pour ne retenir que l’essentiel, je place la Japanimation en tête, avec en particulier les œuvres de Hayao Miyazaki.

Dans Princesse Mononoke (1997) et Le Château Ambulant (2004) notamment, on retrouve des ingrédients clés tels que les rapports entre humains et nature, le voyage initiatique, l’anti-manichéisme. Ce dernier thème est d’ailleurs récurrent car plus on avance dans ces deux histoires, plus les notions de bien et de mal sont diffuses. Au final, il revient à chaque personnage de les situer en fonction de ses propres valeurs. De plus, on ne retrouve pas seulement la prédominance de la nature mais aussi l’émergence d’un pouvoir mystérieux, instable, qui prend peu à peu le dessus sur les protagonistes. Ces œuvres majeures de Hayao Miyazaki se situent pour moi dans un monde visuel unique, à la fois riche et complexe, et jamais égalé dans le milieu de l’animation.

Mais je ne peux pas me contenter d’aborder la sphère manga sans citer Les chroniques de la guerre de Lodoss (1994) ainsi que Vision d’Escaflowne (1996), deux bijoux d’animation qui ont aussi apporté leur pierre à l’édifice.

Bien sûr, je pourrais évoquer les références mythiques d’Heroic Fantasy que tout le monde a en tête. Mais leur univers a tellement été exploité qu’à mon sens, il n’avait pas grand-chose à m’apporter. Je préfère vous parler de films un peu moins connus et qui ont bien plus compté pour moi ! Pour les plus nostalgiques, remontons un peu le temps et rappelons-nous les douceurs de l’enfance, les longues soirées d’hiver où nous découvrions, avec nos grands yeux ébahis, les mondes enchanteurs de Brisby et le Secret de NIMH (1982), L’histoire sans fin (1984), Princess Bride (1987), Willow (1988)…

Pour terminer, il est important de préciser ici que seul le volet cinématographique n’a pas suffi à forger mon imaginaire. Car la gameuse que je suis en aura passé des heures à malmener sa manette sur des titres phares comme Final Fantasy, Dragon Quest et Legend of the Dragon. Alors si parmi vous il y a des parents qui s’inquiètent du temps passé par leur progéniture devant leur console, détendez-vous, ce n’est pas en pure perte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s